Eau & Nature

Préserver les ressources en eau

 

L’activité de LafargeHolcim Maroc s’exerce dans une région où la consommation d’eau souffre de stress hydrique, avec une variation importante entre les différentes zones d’implantation des sites. La consommation de 83 litres par tonne de ciment est parmi les plus basses consommations du Groupe LafargeHolcim.

Pour autant LafargeHolcim étudie d’autres pistes telles que le recyclage de l’eau industrielle et l’optimisation des processus les plus consommateurs

picto eau nature

 

Oeuvrer pour la Biodiversité 

Consciente de l’importance de la réhabilitation des carrières après leur exploitation, LafargeHolcim Maroc s’engage fermement à remettre en état les sites et carrières en fin d’exploitation afin de leur offrir une seconde vie. Avant chaque projet de développement, une étude d’impact environnemental est menée afin d’identifier les actions susceptibles de préserver les ressources en eau ainsi que la qualité de l’air et du sol. Au terme de leur période d’exploitation, les sites font tous l’objet de plans de réhabilitation. Ces réaménagements conduisent LafargeHolcim Maroc à revégétaliser ces sites et replanter massivement des arbres afin de rétablir l’équilibre écologique. Par ailleurs, afin de participer à la biodiversité végétale et animale, LafargeHolcim Maroc a procédé à l’installation de ruches au niveau de ses carrières à Bouskoura, Meknès et Tanger, ainsi que sur les toits de son siège social

 

La réhabilitation des carrières par la reforestation est un des grands chantiers en cours. L’action sur la biodiversité porte essentiellement sur la plantation d’arbres endémiques au Maroc tels que l’arganier et la production de plants en pépinière.

Plus de 313 000 arbres, de 25 espèces différentes, ont déjà été plantés sur l’ensemble de nos carrières réhabilitées.

picto eau nature 2

 

 

Politique de réaménagement des carrières de LafargeHolcim Maroc

  • Toutes nos carrières doivent disposer dès leur ouverture d’un plan de réaménagement. Celui-ci est intégré au plan d’exploitation, et, dans la mesure du possible, coordonné avec lui.
  • Dés l’achèvement des opérations d’extraction, le réaménagement doit être réalisé sans délai.
  • Le plan de réaménagement prend en compte la protection de l’environnement et l’intégralité des réglementations applicables, Il décrit les opérations de la remise en état et de réaménagement du site pendant et après l’exploitation ainsi que sa vocation finale. Sur chaque site, la personne en charge du réaménagement est clairement désignée.
  • Un système de provisions régulières au budget de l’exploitant permet de garantir le financement de la remise en état progressive, de la fermeture du site, du démontage des installations, de la démolition des bâtiments ainsi que de la mise en œuvre du plan de réaménagement.
  • La réalisation du plan de réaménagement fait l’objet d’un suivi annuel par les unités opérationnelles locales.
  • Ce plan doit être périodiquement mis à jour pour prendre en compte les changements de contexte : évolutions techniques et réglementaires, nouvelles possibilités d’aménagement.
 

Exemple de la carrière de l’usine de Bouskoura

Grâce à une coopération étroite avec l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et  le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts, qui ont apporté leur expertise et leurs conseils, notamment pour le choix des différentes espèces, à fin 2010, plus de 51.000 arbres de 25 espèces différentes avaient été plantés.

Grâce à la patience, aux soins prodigués et à la « main verte » de quelques volontaires, tous les arbres ont prospéré, y compris les 6000 arganiers plantés à fin 2017 et qui faisaient l’objet d’un projet pilote avec l’INRA d’Agadir pour l’introduction de l’arganier dans l’ouest du Maroc. Aujourd’hui les plantations de la carrière réhabilitée produisent de l’huile d’olive et de l’huile d’argan.